Améliorer sa technique

Comprendre les bases de la lumière et de l’éclairage photo

Pinterest LinkedIn Tumblr

Le mot « photographie » vient en fait de racines grecques qui signifient « écrire avec la lumière ». Pour vraiment prendre le contrôle de votre photographie, vous devez comprendre la lumière et son fonctionnement. Mais saisir l’éclairage est un peu plus complexe que d’apprendre les commandes de vos caméras – la lumière rebondit sur certains objets tout en passant à travers d’autres, crée des ombres grandes ou petites et influence même les couleurs de l’image.

Dans ce guide, vous apprendrez :

  • Comment la position de la lumière affecte une photographie
  • Comment créer un éclairage d’ambiance et des ombres flatteuses
  • Comment les différentes conditions d’éclairage et sources de lumière changent les couleurs de l’image — et comment corrigé si besoin
  • Comment utiliser les concepts de base pour mieux maitriser la lumière naturelle et artificielle

La photographie est née d’une réaction chimique qui s’est produite lorsque la lumière a frappé certains matériaux, et bien que les appareils photo à l’intérieur de nos smartphones aient parcouru un long chemin depuis les premiers appareils de la taille d’une pièce, l’essence de la photographie est restée la même : la lumière. Que vous utilisiez du film ou un capteur numérique, vous ne pouvez rien photographier sans lumière.

La façon dont la lumière est capturée pour créer une photographie a un effet sur l’image finale — c’est pourquoi un photographe professionnel peut prendre des images incroyables avec un appareil photo très classique.

Que doivent donc savoir les débutants pour exploiter l’incroyable puissance de la lumière ? Maitriser l’éclairage photographique commence avec la compréhension de trois concepts : la position, la force et la couleur de la lumière de la scène à photographier.

Réglage de l’éclairage des prises de vue

Imaginez que vous êtes de retour dans cette pièce complètement sombre – mais maintenant vous allumez une bougie. L’emplacement de cette bougie par rapport à l’objet que vous filmez joue un rôle primordial sur l’aspect général de l’image finale. En photographie, parfois vous pouvez déplacer cette source de lumière, et d’autres fois vous devez déplacer le sujet pour modifier la position de la lumière.

L’éclairage avant : ou le fait de placer le sujet de façon à ce que la lumière soit directement devant fait ressortir le détail. Pourquoi ? Avec la lumière directement à l’avant, les ombres tombent derrière l’objet, donc il n’y a pas d’ombres dans l’image pour cacher des détails. L’éclairage avant est le plus simple à photographier, mais il est parfois assez plat ou ennuyeux.

L’éclairage latéral : ou le fait de placer la source de lumière ou le sujet de manière à ce que la lumière le frappe par le côté combat l’aspect ennuyeux de l’éclairage avant en créant des ombres et des profondeurs. L’éclairage latéral est encore assez simple à photographier. En effet, il suffit d’être prudent et de regarder comment les ombres tombent.

Lorsque vous prenez des photos avec un éclairage latéral, regardez où les ombres tombent — de petits ajustements dans la position du sujet peuvent créer des ombres plus intéressantes ou plus flatteuses.

Le rétroéclairage est le plus délicat de tous — soyez prudent ! Sans un modificateur de lumière ou la compréhension du mode manuel, vous obtiendrez une silhouette. Par exemple, lorsque vous placez le sujet directement devant une fenêtre. Cependant, une fois que vous êtes à l’aise en mode manuel, le rétroéclairage peut créer des images spectaculaires. Lorsque l’on rétroéclaire notre sujet, il semble briller. Le rétroéclairage donne également aux portraits un effet « pop » et presque un effet de halo.

Lorsque la lumière frappe le sujet par-derrière, toutes les ombres de la lumière sont à l’avant du sujet, ce qui transforme le sujet en une silhouette sombre. Cependant, en utilisant les modes manuels, vous pouvez régler l’exposition pour que le sujet soit correctement exposé. Cela laissera l’arrière-plan surexposé, mais cela crée parfois un effet soigné, comme ceci :

Pour éviter la surexposition de l’arrière-plan, un réflecteur ou un flash devant le sujet peut fournir une exposition plus uniforme tout en donnant au sujet un reflet rétroéclairé, comme celui-ci :

La position dans laquelle se trouve la lumière détermine l’endroit où tombent les ombres. Bien qu’il soit impossible de déplacer le soleil, déplacer le sujet (ou utiliser une source de lumière mobile comme un flash) donne aux photographes le pouvoir de choisir exactement où tombent ces ombres.

Les bases de l’éclairage photographique : Lumière douce (soft light) vs Lumière dure (Hard light)

Changer la position de la source lumineuse par rapport au sujet change l’endroit où les ombres tombent, mais à quel point ces ombres sont-elles marquées ? C’est là que la source lumineuse et tout modificateur de lumière entrent en jeu.

La lumière dure :

Une source de lumière dure produit des ombres sans transition entre les zones claires et sombres de l’image.

La lumière dure a mauvaise réputation et utilisée incorrectement, notamment en photographie de portrait, peut détruire une photo. Utilisée correctement en revanche, la lumière dure a tendance à créer plus de contraste dans une image pour des effets dramatiques et spectaculaires.

Comme souvent en photo, tout est question de dosage et d’entrainement !

La lumière douce :

La lumière douce, par contre, a une transition beaucoup plus subtile entre les zones claires et sombres de l’image. La prise de vue avec une lumière douce est moins dramatique, mais les ombres plus lisses empêchent les détails de se perdre dans les zones sombres de l’image. Lors de la prise de vue d’un portrait, la lumière dure a tendance à souligner les imperfections de la peau tandis que la lumière douce a tendance à masquer un peu mieux les imperfections. La lumière douce, comme l’éclairage avant, est un excellent point de départ pour les débutants parce qu’il est plus facile de travailler avec.

Pourquoi de telles différences ?

Qu’est-ce qui rend une source de lumière dure ou douce ? De grandes sources de lumière produisent une lumière douce, tandis que de plus petites sources de lumière créent des ombres dures. Imaginez que vous teniez une lampe de poche sous votre visage en racontant des histoires effrayantes autour du feu de camp — le côté effrayant vient des zones claires et sombres, sans transition entre elles. Les flashes de caméra, sans modificateur, créent une lumière dure parce qu’ils sont de petites sources de lumière.

Mais la distance joue aussi un rôle. Les sources de lumière proches sont plus douces. En prenant un portrait à côté d’une fenêtre, la prise de vue à proximité de la fenêtre créera une lumière douce alors que déplacer le sujet de l’autre côté de la pièce créera des ombres plus dures.

Le soleil est une grande source de lumière – mais il est si éloigné qu’il devient une source de lumière dure. Prenant des photos au milieu de la journée avec un ciel sans nuages, vous vous retrouverez avec des ombres sombres et très marquées.

Les diffuseurs, ou comment rendre de la lumière dure, douce !

Par temps nuageux, cependant, ce même soleil produit une lumière douce. Pourquoi ? Les nuages diffusent la lumière, ou l’étalent sur une plus grande surface, et la rendre pour la rendre plus douce. C’est pourquoi de nombreux photographes aiment les journées nuageuses — la lumière douce est facile à travailler.

Les nuages ne sont pas non plus les seuls diffuseurs — les lumières comme les flashes et les stroboscopes de studio peuvent aussi utiliser des diffuseurs. Un parapluie blanc placé entre la lumière et le sujet adoucit la lumière. Les « softs box » (boite à lumière) sont une autre forme de diffuseurs – et certaines d’entre elles sont même assez petites pour être utilisées sur un flash de caméra.

Faire rebondir une source lumineuse l’adoucit également, par exemple en faisant rebondir la lumière de votre flash sur un mur blanc.

L’utilisation d’une « soft box » ou le fait de retirer le flash de l’appareil photo et de le placer sur un support avec un parapluie permet aux photographes de transformer une petite source de lumière dure et de créer un éclairage doux.

Utilisées ensemble, la direction et l’intensité de la lumière peuvent être utilisées pour créer différents effets et ambiances dans une photographie.

Température de couleur : comprendre l’échelle de kelvin

Une ampoule peut sembler blanche à nos yeux, mais la lumière a en fait différentes couleurs. Par exemple, une ampoule fluorescente crée une couleur de lumière différente de celle d’une ampoule incandescente.

Nos yeux sont capables de s’adapter et une feuille blanche restera blanche sous différents types de lumières. La balance des blancs d’un appareil photo corrige automatiquement l’image pour que les objets blancs restent blancs dans une photographie, et ce, quelle que soit la source de lumière.

La plupart des caméras disposent d’un mode de balance des blancs automatique, ainsi que d’options nommées d’après les différents types de sources lumineuses (ex. : ombre, incandescente…)

La balance des blancs manuelle vous permet de prendre une photo d’un objet blanc, puis de laisser l’appareil déterminer le réglage correct à partir de cette image. La balance des blancs manuelle n’offre cependant pas autant de contrôle que l’échelle Kelvin.

Echelle Kelvin - Les couleurs de la lumière

Le réglage de la balance des blancs sur l’échelle Kelvin est l’équivalent du mode manuel pour l’exposition — il donne au photographe un contrôle total de la balance des blancs. L’ombre est souvent réglée à 7500K, alors que la lumière du jour est d’environ 5500K et le soleil couchant 2500 K.

Utiliser la balance des blancs de manière créative :

Une balance des blancs précise signifie que les objets qui sont blancs dans la vie réelle resteront blancs dans l’image. Cependant, modifier volontairement la balance de blancs pour obtenir un effet particulier dans une image est une technique souvent utilisée. En effet donner un ton plus orangé permet de créer une sensation de chaleur dans une image, rappelant un coucher de soleil. À l’opposé, l’ajustement de la balance des blancs vers l’extrémité bleue crée un look plus frais, souvent utilisé pour créer une ambiance sombre et froide dans une photo.

À l’époque du film, les photographes utilisaient souvent des filtres de réchauffement et de refroidissement pour créer ces effets, mais à l’heure de la photographie numérique, le réglage de la balance des blancs dans l’appareil photo (ou en post) est bien plus simple.

La balance des blancs est également l’une des raisons pour lesquelles de nombreux photographes préfèrent l’utilisation des fichiers RAW au lieu de fichiers JPEG. Avec un fichier RAW, régler la balance des blancs est aussi simple que d’utiliser un curseur dans votre logiciel favori de retouche. L’édition en post avec un fichier RAW permet de corriger facilement les erreurs de balance des blancs.

Conclusion

Sans lumière, il n’y a pas de photographie – et sans compréhension de la lumière, vous ne pouvez tout simplement pas devenir un grand photographe. Commencez simplement par apprendre à reconnaître les différents types de lumière (douce/dure) et le type d’éclairage (avant, latéral, rétro éclairage).

Commencez par comprendre et maitriser la lumière douce et l’éclairage frontal qui sont faciles à utiliser et conviennent parfaitement aux débutants.

Au fur et à mesure que vous avancez et que vous apprenez à modifier la lumière, passez à l’expérimentation de la lumière plus dure et du rétroéclairage. Plus difficiles à maitriser, ils créeront cependant des images plus dramatiques et plus marquantes !

Pin It on Pinterest

Share This

Vous avez appréciez l’article ? Partagez le !

Aidez-nous à développer l'art de la photo en partageant sans modération ;)