Apprendre la photo

Tout comprendre sur les modes d’autofocus

Pinterest LinkedIn Tumblr

La plupart des appareils photo numériques modernes sont équipés de systèmes autofocus avancés, souvent difficiles à comprendre. Que vous preniez des photos avec un appareil d’entrée de gamme ou professionnel, il est essentiel de savoir comment utiliser efficacement le système de mise au point automatique pour obtenir des images nettes. Une image floue et mal mise au point peut ruiner une photographie et vous ne pouvez pas la récupérer en post-traitement.

Si vous apprenez à faire la mise au point correctement vous obtiendrez de bien meilleurs résultats pour vos clients et votre famille. En d’autres termes, une mise au point précise se traduit par des images plus nettes et c’est ce que tout le monde recherche dans les photographies. 

Dans cet article, nous vous apprenons tout sur les modes de mise au point des appareils photonumériques modernes. Comme la fonctionnalité de l’autofocus dépend du type et du modèle d’appareil photo que vous utilisez, nous ne pouvons évidemment pas passer en revue tous les modes de mise au point automatique disponibles, mais nous donnerons quelques exemples.

1) Comment fonctionne l’autofocus de votre appareil photo

Ce qui est bien avec les appareils photo numériques aujourd’hui, c’est qu’il n’est plus nécessaire de faire la mise au point manuellement, comme c’était le cas auparavant. La photographie numérique est beaucoup plus indulgente à cet égard, car contrairement à la pellicule, vous pouvez voir les résultats instantanément et vous pouvez facilement changer les réglages de votre appareil et prendre de nombreuses photos sans vous soucier du coût et du remplacement de la pellicule.

L’autofocus s’est beaucoup amélioré au cours de la dernière décennie et même les reflex numériques d’entrée de gamme, sont équipés de systèmes d’autofocus assez complexes et performants. Alors, comment fonctionnent les systèmes autofocus des appareils photo modernes ? Passons en revue quelques éléments de base.

1.1) Autofocus actif ou passif

Il existe deux types de systèmes AF (autofocus) : actif et passif. Le système « AF actif » fonctionne en émettant un faisceau rouge sur votre sujet pour déterminer la distance entre l’appareil et ce dernier. Une fois que l’appareil photo connaît cette distance, il demande à l’objectif d’ajuster la mise au point en fonction de cette information. L’avantage de l’AF actif est qu’il peut être utilisé dans des environnements très mal éclairés, où l’AF normal (passif) ne fonctionne pas. L’inconvénient de l’AF actif est que vous ne pouvez l’utiliser que pour des sujets immobiles et qu’il ne fonctionne que pour des sujets proches. Si vous utilisez un appareil Nikon ou Canon qui possède une fonction « AF Assist », il utilisera un système AF actif.

D’autre part, le système « AF passif » fonctionne de manière très différente : au lieu de se fier au faisceau rouge pour déterminer la distance entre l’appareil photo et le sujet, il utilise soit des capteurs spéciaux dans l’appareil photo pour détecter le contraste de la lumière qui traverse l’objectif (connu sous le nom de « détection de phase »), soit le capteur de l’appareil photo lui-même pour détecter le contraste de l’image (connu sous le nom de « détection de contraste »).

Que signifie « détecter le contraste » ? Sans entrer dans une terminologie complexe, cela signifie simplement que votre appareil essaie de rechercher la netteté dans une partie d’une image. Si l’image est floue, le système AF ajuste la mise au point de l’objectif jusqu’à ce que la netteté/contraste soit obtenue. C’est pourquoi le système AF passif exige que vous ayez suffisamment de contraste dans votre cadre pour qu’il puisse faire la mise au point correctement. Lorsqu’un objectif commence à « chasser » la mise au point sur des surfaces monochromes — comme les murs blancs — cela se produit parce que l’appareil photo a besoin d’objets dont les bords contrastent/se détachent de l’arrière-plan pour pouvoir faire la mise au point.

Si vous souhaitez en savoir plus sur ce sujet, consultez notre article sur l’autofocus à détection de phase.

Note : Si votre reflex numérique est équipé d’une lampe « AF Assist » devant l’appareil, il ne s’agit pas d’un faisceau « AF actif » — il ne fait que diriger la lumière sur votre sujet comme le ferait une lampe de poche pour aider l’appareil à faire une mise au point. Il dépend donc toujours du système « AF passif » de votre appareil.

De nombreux appareils photo numériques, tels que les appareils compacts, les caméras vidéo, etc. utilisent souvent la méthode AF de « détection de contraste » pour obtenir la mise au point, tandis que la plupart des reflex numériques modernes peuvent utiliser à la fois « la détection de phase » et « de contraste » pour obtenir la mise au point.

Comme la méthode AF de « détection de contraste » exige que la lumière frappe réellement le capteur, les reflex numériques doivent avoir leurs miroirs relevés pour que cela fonctionne, ce qui signifie que l’autofocus de détection de contraste dans les reflex numériques ne peut être effectué que lorsque l’appareil est en mode « Live View ».

L’autofocus à détection de phase est idéal pour suivre des sujets en mouvement, tandis que l’autofocus à détection de contraste est idéal pour les sujets fixes.

La détection de contraste est souvent plus précise que la détection de phase, en particulier dans les situations difficiles ou de faible luminosité. L’avantage de la détection de contraste est que vous pouvez utiliser n’importe quelle partie de l’image (y compris les coins extrêmes) sur votre capteur pour faire la mise au point, tandis qu’avec la détection de phase, vous devez utiliser un ou plusieurs des collimateurs de votre reflex numérique. L’inconvénient de la détection de contraste est qu’elle est souvent plus lente.

Les appareils photo haut de gamme hybrides (sans miroir) combinent les deux systèmes de mise au point automatique, en utilisant une détection de phase rapide en cas de bonne lumière et une détection de contraste plus lente dans les situations de faible luminosité. Certains fabricants ont même trouvé des moyens d’intégrer des pixels de détection de phase directement sur les capteurs de l’appareil, ce qui améliore considérablement la précision de la détection de phase.

1.2) Les collimateurs

Les collimateurs (ou points AF) sont les petits carrés que vous voyez lorsque vous regardez dans votre viseur. Les fabricants différencient souvent les reflex numériques d’entrée de gamme des reflex professionnels en mettant en œuvre différents types de systèmes de mise au point automatique. Les DSLR d’entrée de gamme ont généralement des systèmes AF simples avec quelques collimateurs pour les besoins de base, tandis que les DSLR professionnels ont des systèmes AF complexes et hautement configurables avec beaucoup de collimateurs.

Ces collimateurs font partie de « l’autofocus à détection de phase », de sorte que chacun des collimateurs peut être utilisé par les capteurs AF de l’appareil photo pour détecter le contraste d’un sujet. Les collimateurs sont disposés intentionnellement dans certaines parties du cadre et le nombre de collimateurs, ainsi que leur disposition, varient non seulement selon le fabricant, mais aussi selon les modèles d’appareil photo. Regardez ces deux types de systèmes autofocus avec un nombre différent de points AF et des dispositions différentes :

Nikon-D5000-vs-D300s-AF-Points

Comme vous pouvez le voir, le Nikon D5000 dispose d’un total de 11 collimateurs et le Nikon D300s en possède un total de 51 — une grande différence dans le nombre de collimateurs.

Ce nombre est-il important ? Bien sûr qu’il l’est. Non seulement vous disposez d’un plus grand nombre de points AF pour composer votre prise de vue et faire la mise au point sur une zone particulière d’une image, mais le système AF de l’appareil peut également utiliser ces différents collimateurs pour le suivi du sujet (extrêmement utile pour la photographie de sport et de la faune). Cependant, ce n’est pas seulement le nombre de collimateurs qui fait la différence, il en existe aussi différents types.

1.3) Les différents types de collimateurs

Il existe deux types de collimateurs :

  • Les collimateurs « simples » : Ils ne détectent le contraste que sur une ligne verticale ou horizontale. Le collimateur vertical permet une meilleure accroche sur des sujets horizontaux et à l’inverse, le collimateur horizontal accroche mieux les sujets verticaux.
  • Les collimateurs de type « croisé » : Ils peuvent détecter le contraste à la fois sur les lignes verticales et horizontales, ce qui rend les collimateurs croisés beaucoup plus précis.

Cela signifie que plus votre appareil photo est équipé de collimateurs de type croisé, plus la mise au point automatique sera précise et de meilleure qualité. C’est pourquoi, lorsque de nouveaux appareils sont annoncés, vous verrez généralement quelque chose qui dit « x nombres de collimateurs et x nombres de collimateurs de type croisé » — les fabricants indiquent fièrement le nombre, surtout lorsque ces chiffres sont élevés.

Par exemple, voici ce que Nikon énumère sous la rubrique « Caractéristiques » du Nikon D7100 : « Le D7100 utilise 51 collimateurs, dont 15 croisés pour détecter les variations de contraste verticales et horizontales, afin d’obtenir une mise au point rapide et précise ».

Cela signifie que le nombre total de points AF est de 51, dont 15 sont plus précis, car de type croisé.

Chaque fois que vous achetez un nouvel appareil photo, faites attention au nombre total de collimateurs, ainsi qu’au nombre de types croisé, car ces deux éléments sont importants, surtout si vous voulez shootez du sport et/ou des animaux sauvages qui se déplacent rapidement.

1.4) Autres facteurs ayant une incidence sur les performances de l’Autofocus (AF)

Comme vous pouvez le constater, tant le nombre total de points AF que leur type sont importants. Toutefois, ce ne sont pas les deux seuls éléments nécessaires pour obtenir des résultats précis. La qualité et la quantité de lumière sont d’autres facteurs qui peuvent sérieusement affecter les performances de l’autofocus.

Vous savez probablement déjà que l’autofocus de votre appareil photo fonctionne très bien lorsque vous prenez des photos en plein jour, sous un soleil éclatant, et qu’il commence à patiner dans des conditions de lumière difficiles. Pourquoi en est-il ainsi ? Parce que dans des conditions de faible luminosité, il est beaucoup plus difficile pour votre appareil photo de détecter le contraste. N’oubliez pas que l’autofocus passif repose entièrement sur la lumière qui passe à travers l’objectif. Si la qualité de cette lumière est mauvaise, les performances de l’autofocus le seront aussi.

En ce qui concerne la qualité de la lumière, l’état de l’objectif, sa qualité et l’ouverture maximale sont autant de facteurs importants qui influent sur les performances de l’autofocus. Si vous avez un objectifmal entretenu, la saleté, la poussière ou autre, vos performances de mise au point automatique en souffriront certainement.

En termes d’ouverture maximale, il y a une raison pour laquelle les objectifs f/2,8 de niveau professionnel font la mise au point beaucoup plus rapidement que les zooms f/5,6 grands publics : f/2,8 laisse tout simplement entrer plus de lumière et cela facilite grandement la mise au point.

Des ouvertures plus petites comme f/5,6 signifient que moins de lumière passe à travers l’objectif, ce qui rend le fonctionnement de l’autofocus plus difficile. C’est pourquoi les grandes ouvertures sont préférables aux petites pour un meilleur fonctionnement de l’autofocus.

Note : Il est également important de mentionner que tous les appareils photo numériques modernes font la mise au point lorsque l’ouverture de l’objectif est grande ouverte, donc chaque fois que vous changez l’ouverture de l’objectif à un chiffre plus élevé comme f/16, l’ouverture ne change en fait que lorsque vous prenez la photo.

2) Les différents modes d’autofocus

De nos jours, la plupart des appareils photo numériques sont équipés de plusieurs modes de mise au point différents pour des situations variées. C’est une chose de photographier une personne immobile, et une autre qui court. Lorsque vous photographiez des sujets immobiles, vous faites généralement la mise au point une fois et prenez une photo. Si le sujet bouge, vous refaites la mise au point et prenez une autre photo. Mais si votre sujet bouge continuellement, votre appareil photo doit faire la mise au point automatiquement au fur et à mesure que vous prenez des photos. La bonne nouvelle, c’est que votre reflex numérique peut gérer de telles situations. Passons en revue ces modes de mise au point plus en détail.

2.1) Mode de mise au point sur une seule zone

L’« AF à zone unique », également appelé « AF-S » dans le monde Nikon ou « One shot AF » dans le monde Canon, est un moyen assez simple d’acquérir la mise au point. Vous choisissez un collimateuret votre appareil photo cherchera le contraste uniquement avec ce collimateur. Lorsque vous appuyez à moitié sur l’obturateur ou sur un bouton AF dédié (si vous en avez un), l’appareil se met au point une fois et si votre sujet bouge, il ne se remettra pas au point même si vous continuez à appuyer à moitié sur le bouton. La mise au point reste donc « verrouillée ».

2.2) Mode de mise au point continue

Un autre mode de mise au point disponible sur tous les reflex numériques modernes est appelé « Continu/AF-C » (Nikon) ou « AI Servo » (Canon). Ce mode est utilisé pour suivre des sujets en mouvement et il est indispensable pour la prise de vue de sujets sportifs, d’animaux sauvages et d’autres sujets en mouvement.

Ce qui est bien avec le mode continu, c’est qu’il réajuste automatiquement la mise au point si vous ou le sujet bougez. Il vous suffit d’appuyer à moitié sur le déclencheur ou de maintenir le bouton AF dédié de votre appareil photo pour que le système de mise au point automatique suive tout mouvement.

Par rapport à l’AF simple zone, le mode continu est généralement très configurable (en particulier sur les modèles haut de gamme) et peut effectuer des tâches compliquées, comme le suivi de sujets avec un seul ou plusieurs collimateurs.

2.3) Mode hybride simple/continu

Certains appareils photo ont également un autre mode appelé « AF-A » (Nikon) ou « AI Focus AF » (Canon), qui est essentiellement un mode hybride qui bascule automatiquement entre les modes « Single/One-Shot » et « Continuous/AI Servo ».

L’appareil détecte si le sujet est immobile, auquel cas il passe automatiquement en mode de mise au point unique, tandis que si le sujet bouge, il passe en mode de mise au point continue. La méthode par défaut sur les reflex numériques Nikon d’entrée de gamme est l’AF-A et elle fonctionne assez bien dans la plupart des situations. De nombreux reflex numériques haut de gamme/professionnels n’ont pas ce mode, car il est plutôt conçu pour les débutants.

2.4) Changer de mode de mise au point

Si vous ne savez pas comment changer le mode de mise au point de votre appareil photo, je vous recommande de consulter le manuel de votre appareil, car les différents appareils traitent cette question différemment.

Par exemple, tous les reflex numériques Nikon d’entrée de gamme nécessitent d’aller dans l’écran « Info » de l’appareil pour changer le mode de mise au point, tandis que les appareils haut de gamme ont un commutateur dédié devant l’appareil pour basculer entre les différents modes de mise au point. Par exemple, voici comment changer le mode de mise au point sur le Nikon D700 : 

Nikon-D700-Focus-selecteur-de-mode

En tournant le cadran sur « C », on passe en mode Continu/AF-C, en tournant le cadran sur « S », on passe en mode Focalisation sur une seule zone/AF-S et « M » permet de passer en mise au point manuelle.

3) Les modes de zone AF

Après avoir choisi de faire la mise au point en continu ou non, vos appareils vous permettent de choisir la zone de mise au point. Que font donc ces modes de zone AF ? Passons-les en revue un par un.

3.1) Mode de zone AF à point unique

Lorsque vous choisissez le mode « Single Point » (Nikon) ou « Manual AF Point » (Canon), l’appareil photo n’utilise qu’un seul collimateur que vous choisissez dans votre viseur pour faire la mise au point. Ainsi, si vous déplacez votre collimateur vers le haut/le bas/la gauche/la droite, l’appareil photo ne détectera le contraste que sur ce collimateur particulier. 
Ce mode est utile pour des paysages, l’architecture et d’autres sujets fixes.

3.2) Mode zone AF dynamique

En mode « Dynamique » (Nikon) ou « Extension du point AF » (Canon), vous choisissez toujours un collimateur et l’appareil photo acquiert initialement la mise au point sur ce point particulier. Cependant, une fois la mise au point acquise, si votre sujet bouge, l’appareil photo utilisera les collimateurs environnants pour suivre le mouvement du sujet et garder la mise au point sur votre sujet.

Le mode de zone AF dynamique fonctionne parfaitement pour les sujets se déplaçant rapidement comme les oiseaux, car il n’est pas facile de faire la mise au point sur des oiseaux en vol. Les appareilshaut de gamme ont la possibilité de contrôler le nombre de collimateurs environnants à activer pour ce type de prise de vue. Par exemple, le Nikon D7100 permet de choisir entre 9 points, 21 points et 51 points en mode zone AF dynamique.

Ainsi, si vous ne souhaitez suivre qu’une petite partie de la scène, vous choisissez 9 points et si vous souhaitez suivre l’image entière, vous pouvez choisir les 51 points pour suivre votre sujet. Enfin, la plupart des reflex numériques modernes de Nikon disposent d’un « mode de suivi 3D », dans lequel vous choisissez initialement le point AF et l’appareil photo active automatiquement autant de collimateurs que nécessaire pour suivre le mouvement du sujet. L’avantage du mode 3D Tracking est qu’il utilise un système spécial de reconnaissance de scène qui lit les couleurs et suit automatiquement le sujet, vous permettant ainsi de composer votre photo pendant que le sujet se déplace.

3.3) Mode AF automatique

Le mode « Auto-Af Area AF » (Nikon) ou « Automatic AF Point Selection » (Canon) est la méthode des appareils compacts d’acquisition de la mise au point. En fonction de ce que vous photographiez, il sélectionne automatiquement ce sur quoi il faut faire la mise au point.

C’est un mode assez complexe, car il reconnaîtra les tons de peau d’une personne dans le cadre et fera automatiquement la mise au point sur elle. S’il y a plusieurs personnes dans le cadre, il fera la mise au point sur celles qui sont les plus proches de l’appareil photo. Si l’appareil ne détecte aucun teint de peau, elle se concentre généralement sur l’objet le plus proche et le plus grand dans le cadre. Si vous prenez des photos en mode Single Area/AF-S et que vous sélectionnez « Auto-Area AF », l’appareil affichera les collimateurs qu’il utilisera pendant une seconde, ce qui vous permettra de voir et de confirmer la zone sur laquelle l’appareil fera la mise au point. Je n’utilise jamais ce mode, parce que je veux contrôler où faire la mise au point, au lieu de laisser l’appareil photo le faire à ma place.

3.4) Mode AF par groupes de zones

Les derniers reflex numériques Nikon, comme le D810 et le D4S, sont équipés d’un nouvel « autofocus de groupe ». Par rapport au mode AF simple point habituel, l’autofocus de groupe active cinq points AF pour suivre les sujets. Ce mode de mise au point est idéal pour l’acquisition initiale de la mise au point et le suivi des sujets par rapport à l’AF ponctuel ou dynamique, en particulier lorsqu’il s’agit de petits oiseaux qui volent de manière erratique et qui peuvent être très difficiles à suivre. Dans de telles situations, le mode AF de groupe peut donner de meilleurs résultats que l’AF dynamique, en montrant une meilleure précision et une meilleure cohérence d’une prise de vue à l’autre.

Comment fonctionne l’AF de groupe ? En gros, dans le viseur, vous voyez quatre collimateurs, le cinquième étant caché au milieu. Vous pouvez déplacer les quatre collimateurs en appuyant sur le contrôleur multitouche situé au dos de l’appareil (idéalement, vous voulez rester au milieu, car les collimateurs au centre du cadre sont croisés et les plus précis). Lorsque vous pointez sur un sujet, les cinq collimateurs sont activés simultanément pour l’acquisition initiale de la mise au point, la priorité étant donnée au sujet le plus proche, sans donner la préférence à l’un des 5 collimateurs.

La mise au point automatique par zone de groupe est particulièrement utile pour photographier les oiseaux, la faune et les sports non collectifs.

Un autre fait important que je dois mentionner est que lorsque vous utilisez l’AF de groupe en mode AF-S, l’appareil photo enclenche la reconnaissance des visages et tente de faire la mise au point sur l’œil de la personne la plus proche. Par exemple, si vous photographiez une personne entre des branches d’arbre et des feuilles, l’appareil photo tentera toujours de faire la mise au point sur le visage de la personne plutôt que sur la feuille la plus proche. Malheureusement, la reconnaissance des visages n’est activée qu’en mode AF-S. Par conséquent, si vous photographiez des sports collectifs rapides et que vous avez besoin que l’appareil photo se verrouille et se déplace sur le visage d’un sujet (et non sur l’objet le plus proche), votre meilleure option sera d’utiliser l’AF dynamique à la place.

Voici une comparaison illustrée de chaque mode AF Nikon :

Nikon-modes-Autofocus

Dans le sens des aiguilles d’une montre, en partant du haut à gauche : Mode AF ponctuel, mode AF dynamique (9 points), mode AF dynamique (21 points), mode AF dynamique (51 points), mode de suivi 3D, mode AF automatique et mode AF de groupe.

3.5) Autres modes « zone »

Les nouveaux DSLR sont dotés de modes de mise au point automatique supplémentaires, tels que « AF priorité visage », « AF zone étendue », « AF zone normale » et « AF suivi du sujet », pour l’enregistrement vidéo. Je ne vais pas discuter en détail de chacun de ces modes, car ils sont spécifiques à certains modèles d’appareils photo et vont probablement changer à l’avenir. Canon dispose également de certains modes de mise au point automatique, comme le « Spot AF », qui permet d’affiner la mise au point dans un point précis. Ces modes de zone AF supplémentaires sont spécifiques à certains appareils Canon comme le Canon 7D.

3.6) Changement de mode de mise au point

Pour savoir comment changer le mode de mise au point automatique de votre appareil photo, je vous recommande de consulter le manuel de votre appareil. Si vous possédez un reflex numérique Nikon d’entrée de gamme, vous pouvez sélectionner une zone de mise au point automatique via le « menu de prise de vue », tandis que les reflex numériques Nikon haut de gamme disposent d’un interrupteur dédié au dos de l’appareil. Voici à quoi ressemble l’interrupteur sur les appareils Nikon D300/D300s/D700/D3/D3s/D3x :

Nikon-D700-AF-selecteur-de-mode

4) Conseils pour améliorer les performances de l’autofocus en basse lumière

Comme je l’ai souligné précédemment, la mise au point dans des environnements lumineux et ensoleillés est souvent assez facile et nos appareils s’en accommodent très bien. Mais les gens commencent à avoir toutes sortes de problèmes lorsqu’ils photographient dans des conditions de faible luminosité, surtout en intérieur. Voici quelques conseils si vous avez des difficultés à photographier dans des conditions de faible luminosité :

Utilisez le collimateur central. Que votre appareil soit équipé de 9 ou 51 collimateurs, il est déconseilléd’utiliser les collimateurs dans les coins du cadre lorsque vous photographiez dans des conditions de faible éclairage, simplement parce qu’ils sont moins précis. Le collimateur central est souvent votre meilleur option, car c’est un collimateur de type croisé qui fonctionne mieux que tout autre collimateur de votre appareil photo.

Recherchez le contraste et les bords, au lieu d’essayer de faire la mise au point sur des objets unicolores, recherchez des objets « contrastés » qui se détachent de l’arrière-plan.

Ajoutez de la lumière/allumez plus de lumières. Cela semble assez basique, mais si vous avez des problèmes de mise au point, quoi de plus simple que d’ajouter de la lumières supplémentaires ou d’allumer plus de lumières dans la pièce ? Une fois la mise au point faites, vous pouvez éteindre de nouveau du moment que votre mise au point reste verrouillée.

Surveillez votre vitesse d’obturation. La mise au point peut sembler mauvaise, mais c’est peut-être en fait le tremblement de l’appareil qui donne à vos images un aspect mou. L’utilisation d’un objectif doté de la technologie de réduction des vibrations est certainement utile, mais assurez-vous de conserver une vitesse d’obturation assez élevée pour une utilisation sans trépied.

Utilisez la détection de contraste en direct. Si vous utilisez un trépied, essayez de faire la mise au point en mode Live View en utilisant la détection de contraste. 

Utilisez une lampe de poche si votre appareil photo n’est pas équipé d’une lampe d’assistance à la mise au point automatique, utilisez une lampe de poche et demandez à quelqu’un de la pointer vers votre sujet pendant que vous essayez de faire la mise au point. Passez en mode de mise au point manuelle une fois la mise au point effectuée, puis éteignez la lampe de poche et prenez une photo sans que vous ou votre sujet ne bougiez.Utilisez la mise au point manuelle. Apprenez aussi à faire la mise au point manuelle de vos objectifs. En effet, parfois, la mise au point manuelle de votre objectif est plus rapide que l’utilisation d’une des méthodes de mise au point automatique. De nombreux photographes de paysage, de macro et d’architecture utilisent des objectifs à mise au point manuelle.