Actualités

Le nouvel outil de protection des droits d’auteur de Facebook semble inutile pour les photographes

Pinterest LinkedIn Tumblr

Facebook a annoncé qu’il introduirait de nouvelles mesures pour lutter contre les violations des droits d’auteur, mais les photographes qui en ont assez de voir leur travail lancé gratuitement sur Instagram ne devraient pas s’en réjouir : le système est limité, peut facilement être contourné et semble avoir été conçu en pensant aux grandes marques.

Facebook met à jour son outil Rights Manager, qui permet d’identifier plus facilement les cas où des images ont été utilisées sans autorisation. Le système n’est pour l’instant accessible qu’aux personnes qui soumettent une demande, à qui il sera ensuite demandé de télécharger un fichier CSV contenant les métadonnées des images qu’elles souhaitent voir protégées.

L’annonce de Facebook explique que le gestionnaire de droits utilisera « une technologie de correspondance d’images pour aider les créateurs et les éditeurs à protéger et à gérer le contenu de leurs images à l’échelle », ce qui laisse entendre que l’outil n’est pas conçu pour les photographes individuels, mais qu’il est destiné aux marques qui mènent des campagnes et qui doivent garder un contrôle étroit sur leurs actifs. Les créateurs doivent préciser où leurs droits d’auteur s’appliquent et quels territoires doivent être omis.

Comme le précise The Verge, le système repose sur la correspondance entre l’image et les métadonnées. Si les métadonnées sont essentielles au mécanisme de détection de l’outil de droits, elles sont facilement éludées, car il est facile de supprimer des informations des fichiers d’images. Les métadonnées sont un système archaïque et imparfait de protection des images, et on ne sait pas très bien pourquoi Facebook a choisi de les utiliser pour son nouveau système.

Compte tenu de ses ressources quasi illimitées, si Facebook voulait vraiment s’attaquer au problème des droits d’auteur, il pourrait facilement mettre en place un système dans lequel les données des images sont intégrées à l’image elle-même, comme le prouvent des services tels qu’IMATAG. Le processus de publication d’images sur les réseaux sociaux pourrait insérer de manière invisible des informations sur les droits d’auteur, et toute nouvelle publication de ce contenu le signalerait immédiatement au système. Il n’est pas clair pourquoi Facebook n’a pas choisi cette technologie.Dans l’état actuel des choses, la détection des violations des droits d’auteur dépend de l’identification des violations par les utilisateurs, et non d’Instagram ou de Facebook. Il est probable que des centaines de milliers d’images sont publiées chaque jour sans la permission de leur propriétaire, ce qui sape les conditions d’utilisation du réseau et crée de vastes recettes publicitaires.