Actualités

Snappr a levé 13 millions de dollars pour devenir l’Uber de la photographie

Pinterest LinkedIn Tumblr

Snappr veut être le service incontournable pour les entreprises qui souhaitent avoir un accès rapide et facile aux photographes à des tarifs aussi bas que 89 dollars par session. L’entreprise fonctionne comme un mélange de Uber et de ThumbTack, avec un accès à la demande à des photographes dans plus de 200 zones métropolitaines (pour l’instant uniquement aux US).

Crunchbase rapporte que Snappr vient d’obtenir un financement de série A de 10 millions de dollars, ce qui porte à 13 millions de dollars l’investissement total de la société à ce jour. Grâce à cette injection de fonds, Snappr a l’intention d’étendre ses activités à d’autres villes et d’offrir davantage de services créatifs.

L’idée de l’entreprise est simple : tout le monde peut s’inscrire au service et réserver un photographe à la demande avec un préavis de deux heures seulement, pour une séance de portrait, votre logement ou encore les nouveaux plats de votre restaurant !

Selon Matt Schiller, PDG de Snappr, la société fournit aux photographes un flux de travail constant qui peut ou non être le genre de travail qu’ils ont déjà effectué.

« Avec certains clients de l’entreprise, nous travaillons sur des centaines de marchés en même temps, il n’y a donc aucune chance qu’un photographe puisse obtenir ce genre de travail seul », a-t-il déclaré à Crunchbase.

snappr-services

Snappr a l’intention d’utiliser les fonds pour augmenter le nombre de villes dans lesquelles il opère, ainsi que pour ajouter d’autres services, comme la vidéo et les visites virtuelles à 360 degrés, à la plateforme.

Snappr a connu une croissance significative cette année, malgré la pandémie qui a laissé de nombreux photographes sans travail. Le mois de septembre s’annonçait comme le meilleur mois de l’histoire de l’entreprise, qui prévoit une croissance continue de 15 à 20 % par mois à l’avenir. Snappr compte déjà 53,2 % des entreprises du Fortune 500 qui utilisent le service, et un pourcentage impressionnant de 12 % des restaurants américains utilisent la plateforme.

En 2016, Billy Murray, alors rédacteur en chef de Resource Magazine, a décrit le modèle de Snappr comme une dévalorisation de la photographie.

« Snappr fait baisser les tarifs si bas que personne ne pourrait se nourrir d’un service de photographie », écrivait-il. « Cela pourrait effectivement créer un nouveau précédent sur la valeur réelle de la photographie, détruisant les normes professionnelles de l’industrie ».

La photographie en tant que service était déjà confrontée à des défis en termes de valeur, alors que de plus en plus de personnes ont accès à de meilleures photos sur leurs appareils mobiles. Des services comme Unsplash ont également suscité la colère des photographes, mais Snappr compense au moins ceux qui sont sur leur plateforme, même si ce n’est pas la valeur que certains pourraient espérer.