Apprendre la photo

Les meilleurs filtres pour la photographie de paysages

Pinterest LinkedIn Tumblr

Malgré des progrès technologiques continus, notre appareil photo n’est malheureusement pas encore capable de voir comme nos yeux, surtout en ce qui concerne la plage dynamique (la capacité de voir les détails dans les zones claires et les zones sombres en même temps). Nous nous souvenons certainement tous de la déception de notre première photo de coucher de soleil — nos yeux ont vu un moment magique, mais les photos que nous avons prises n’étaient tout simplement pas à la hauteur.

Heureusement, il existe aujourd’hui plusieurs techniques pour aider notre appareil photo « à voir »comme nous, et au final, tout peut se résumer en deux catégories : la postproduction et les filtres pour objectifs. Aujourd’hui, nous allons parler de la deuxième technique.

Il peut être difficile de déterminer les filtres dont vous aurez besoin pour la photographie de paysages, surtout si vous ne les avez encore jamais utilisés. Comprendre comment et pourquoi les utiliser au bon moment est une compétence en soi. Il y a beaucoup de filtres proposés, mais ici nous les réduirons aux plus importants :

  • Filtres à densité neutre (ND)
  • Filtres gradués à densité neutre (ND)
  • Filtres polarisants

Filtres physiques VS Filtres numériques

Avec les progrès des programmes de traitement d’images et la plage dynamique grandissante capturée dans les appareils photo, certains d’entre vous se demandent peut-être pourquoi s’embêter avec des filtres alors que vous pouvez recréer des effets similaires dans votre logiciel de retouche photo préféré ?

Eh bien, ce n’est qu’en partie vrai ; surtout dans le cas de l’ajout subtil d’un filtre gradué à une image, en revanche, les deux autres filtres ne peuvent pas vraiment être reproduits, ou plus précisément les effets de ceux-ci ne peuvent pas l’être. Je crois fermement qu’il faut faire les choses correctement dans l’appareil photo et ne pas se fier à l’ordinateur pour « réparer » ses images.

De plus, il est beaucoup plus amusant de « jouer » avec des accessoires photo et voir les effets qu’ils ont sur vos images en temps réel !

Filtres circulaires ou rectangulaires

Filtres-circulaires-ou-rectangulaires

Afin de choisir les filtres qui vous conviennent le mieux, il est nécessaire de comprendre les différents types de filtres disponibles dans le commerce.

La première grande division qu’il faut expliquer est celle qui existe entre les filtres à visser (circulaires) et les filtres sur porte-filtre (carrés ou rectangulaires).

1.  Les filtres circulaires à visser sur votre objectif

filtre-circulaire

Les filtres à visser — comme leur nom l’indique — se vissent sur l’extrémité de votre objectif en utilisant le filetage de l’objectif. Avant de les acheter, vous devez vérifier le diamètre de l’objectif sur lequel vous comptez l’utiliser afin d’acheter le bon.

Note : Les seuls objectifs qui ne peuvent pas utiliser ce type de filtres sont les objectifs ultras grand-angles ou fisheye, où la courbure du verre de l’objectif est trop prononcée.

Bien que ces filtres soient faciles à utiliser, le principal problème est que si vous avez de nombreux objectifs avec des diamètres différents, vous devrez très probablement acheter des tailles de filtresdifférentes, et la facture peut vite grimper surtout avec des filtres de qualité.

Astuce : vous pouvez acheter un lot de bagues d’adaptations. Cela vous permet de monter des filtres dont le diamètre est supérieur à celui de votre objectif. Par exemple, si vous avez un objectif de 82 mm et un autre de 77 mm, avec les bagues d’adaptations, vous n’avez besoin d’acheter que le filtre de 82 mm !

bagues-d-adaptation

2.  Les filtres à insérer sur porte-filtre

Filtre-sur-porte-filtre

Les filtres à insérer constituent la deuxième grande famille de filtres. Leur principale caractéristique réside dans le fait qu’ils ne peuvent pas être vissés sur l’objectif, et qu’ils nécessitent à la place deux accessoires spéciaux : une bague d’adaptation et un support ou « porte-filtre ».

La bague d’adaptation est une bague filetée qui se monte sur le devant votre objectif (à l’endroit même où vous installez le filtre à visser). Le but de cette bague est de permettre au support d’être monté sur l’appareil photo.

Les filtres avec support sont généralement plus chers que la solution à visser, mais ils présentent quelques avantages qui rendent le choix de cette famille presque incontournable pour les photographes de paysages :

  • Vous pouvez installer de nombreux filtres sans avoir de problème de vignettage (qui peut se poser avec les filtres circulaires)
  • Le remplacement des filtres sur le terrain est vraiment rapide
  • Certains de ces filtres ne sont pas/peu disponibles en version circulaire (filtres gradués)
  • Si vous utilisez des objectifs ultra-larges, vous pouvez toujours utiliser des filtres avec un système de support spécial

Les systèmes à insérer les plus courants prennent en charge les filtres jusqu’à 100 mm. Ils sont principalement conçus pour les reflex numériques avec des objectifs allant du grand angle au téléobjectif. Récemment, des systèmes spécialement conçus pour les appareils photo sans miroir et les objectifs ultra-larges ont été introduits sur le marché, permettant d’utiliser des filtres jusqu’à 165 mm.

filtre-ND-gradue

Il existe de nombreux fabricants de bagues d’adaptation et de supports, mais je vous pousserais certainement à vous concentrer sur la qualité et la longévité, c’est pourquoi je vous suggère de choisir entre LeeZeiss ou Nisi.

Comme les systèmes ci-dessus sont tout sauf bon marché, si vous êtes simplement curieux d’essayer ce type de filtre, une bonne idée est d’acheter un système Cokin qui propose de bons kits de démarrage.

Les différents types de filtres pour la photographie de paysages

1 — Les filtres à densité neutre (Filtres ND)

Les filtres ND (ou à densité neutre) sont le premier exemple de filtres qui ne peuvent pas être recréés en postproduction. Ils ont une utilisation différente selon le domaine appliqué, mais en photographie de paysage, leur tâche consiste à diminuer la vitesse d’obturation. Oui, si vous aimez les longues expositions, vous ne pouvez pas vous en passer.

Ces filtres sont vendus à la fois en version vissée circulaire et en version à insérer sur support, et le choix entre les deux dépend uniquement de vos besoins. Nous pouvons comparer les deux familles de filtres pendant des heures et des heures et il sera toujours difficile de trouver une vérité absolue, c’est pourquoi je vous donne le conseil suivant :

  • Si vous n’avez pas besoin d’utiliser les filtres ND gradués (nous en discuterons bientôt), la solution à visser est pour vous. Cette solution est excellente si vous ne photographiez que des chutes d’eau, des rivières en forêt ou, en général, dans des endroits où il n’y a pas de grande différence d’exposition entre les différentes zones de la scène.
  • Si vous comptez utiliser des filtres ND gradués, la solution sur porte-filtre est recommandée, car l’utilisation d’un filtre ND à visser avec un filtre ND gradué à insérer est inconfortable sur le terrain.

Chaque filtre, qu’il soit sur support ou à visser, est caractérisé par un paramètre fondamental : à savoir la capacité de réduire le passage de la lumière. Plus la valeur est élevée, plus il faut de temps au capteur pour obtenir la même quantité de lumière.

Fondamentalement, le seul but de ce filtre est de bloquer la lumière entrante, augmentant ainsi la longueur de votre vitesse d’obturation.

De plus, comme leur nom l’indique, ils n’affecteront pas la balance des blancs et devraient être vraiment neutres, ayant le même effet uniforme sur tout le filtre.

Les fabricants expriment cette valeur de différentes manières : réduction du diaphragme, densité optique et facteur de filtrage ND (transmittance).

Vous trouverez ci-dessous un exemple de corrélation entre les classifications mentionnées ci-dessus :

facteur-de-reduction-lumineux

La question la plus évidente est la suivante : est-il utile de posséder tous les filtres ? Et la réponse est très simple : non.

Tout d’abord, il n’est pas pratique d’avoir toutes les gradations possibles dans notre sac à dos, car cela nécessiterait un sac à dos dédié, en plus d’être une solution très coûteuse !

Mon conseil est de choisir deux ou trois filtres au maximum, en fonction de vos habitudes photographiques. Vous verrez qu’en utilisant par exemple un arrêt à 6 stops correctement, vous pourrez passer de 5 à 7 arrêts simplement en changeant les réglages de base de votre appareil (ISO/vitesse d’obturation/ouverture).

Je trouve qu’une combinaison : 3, 6 et 10 diaphragmes est un bon point de départ. Avec ces 3 filtres, je peux gérer toutes les situations que je rencontre.

Comme nous l’avons vu, les filtres à visser et à insérer sur porte-filtre ont tous deux des avantages et des inconvénients. Si vous entrez dans le monde des filtres pour la première fois et que vous n’avez aucune idée si vous allez aimer ou non, le choix pourrait être compliqué.

Mon conseil est de ne pas acheter immédiatement tous les filtres dont vous pensez avoir besoin — commencez par un filtre à visser de bonne qualité et à petit prix. Dans ce cas, je vous conseille la série Haida PRO II, peut-être le ND1000 (10 stops) ou le ND64 (6 stops). Vous pouvez les trouver facilement sur Amazon.

Si vous avez une idée plus claire et que vous connaissez le système qui vous convient, en ce qui concerne les solutions à visser, mon choix se porte sur la série Formatt-Hitech Firecrest, qui offre une bonne qualité. De plus, pour les fans de longues expositions, Formatt-Hitech est la seule société à proposer un filtre circulaire 16 stops.

Parmi les filtres à insérer, Lee Filters et Formatt-Hitech, qui existent depuis longtemps proposent tous deux des filtres d’excellente qualité.

Note : Un autre sujet très débattu est le choix entre les filtres en résine et les filtres en verre. De mon point de vue, en termes de qualité, le verre est tout simplement excellent même si la résine s’en rapproche.

Gardez simplement à l’esprit qu’un filtre en verre se brisera presque à coup sûr si vous le laissez tomber, contrairement à ceux en résine. Mais à l’inverse, les filtres en résine sont extrêmement sensibles aux rayures.

Utilisation des filtres : c’est très simple, prenez votre appareil photo et faites une lecture de l’exposition de la scène sans filtre, et en fonction de la vitesse d’obturation que vous avez obtenue, calculez la correction de la vitesse d’obturation avec le filtre monté. Par exemple, si votre lecture vous indique 1″ et que vous allez utiliser un filtre de 3 stops, une fois que vous aurez monté le filtre, vous devrez définir une vitesse d’obturation de 8″.

2 — Les filtres à densité neutre (ND) gradués

filtres-hard-ou-soft

Bien que vous puissiez les trouver en version circulaire, ces filtres ne devraient être utilisés que dans leur version avec porte-filtre. (Si quelqu’un essaie de vous vendre un filtre ND gradué à visser, courez !)

Les filtres GND (ou Graduated Neutral Density en anglais) consistent en une plaque rectangulaire de verre ou de résine caractérisée par deux zones distinctes : une zone complètement transparente, et une zone sombre, qui n’est rien d’autre qu’un filtre ND comme celui dont nous avons parlé précédemment.

Ces filtres sont capables de surmonter le problème que nous avons mentionné au début de cet article : l’œil humain voit mieux que votre appareil photo, surtout lorsque les zones d’une même scène sont éclairées très différemment.

Comme votre appareil photo ne peut pas voir à la fois les zones très claires (généralement le ciel) et plus sombres (normalement le reste de la scène), vous pouvez utiliser ces filtres pour couvrir avec la zone sombre du filtre la zone claire de la scène, pour faire correspondre leurs luminosités.

La zone de transition sur le filtre, entre la zone claire (transparente) et la zone sombre (ND), détermine le type de filtre GND avec lequel vous travaillez. Il existe quatre types de filtres sur le marché : Hard Edge (transition dure), Soft Edge (transition douce), Inversé, et Blender.

  • Les filtres Hard Edge sont caractérisés par une frontière nette entre la zone transparente et la zone ND. Ils sont donc utilisés lorsque la séparation entre les zones claires et les zones sombres de la scène est très définie, comme l’horizon en mer.
  • Les filtres Soft Edge sont caractérisés par une transition douce, et sont donc utilisés lorsque la transition entre les zones claires et sombres de la scène n’est pas aussi nette. Un exemple classique est une prise de vue dans une zone montagneuse.
  • Les filtres inversés ne sont rien d’autre que des filtres Hard Edge avec l’effet ND inversé : c’est-à-dire que le dégradé s’estompe vers le haut du filtre. En gros, ils ont été inventés pour mieux gérer les levers et les couchers de soleil, où la lumière est plus intense sur la ligne d’horizon.
  • Les filtres Blenders sont utilisés lorsque la différence de luminosité dans la scène n’est pas si prononcée. Dans ces filtres, la zone de transition n’est pas bien définie. Ils ne sont pas très utilisés.
les-differents-types-de-filtres-nd-gradues

L’utilisation de ces filtres est très simple : faites une lecture de l’exposition sur une zone claire de la scène, puis faites la même chose pour une zone sombre, et enfin calculez la différence entre eux en diaphragmes.

Cette différence vous indiquera la réduction de diaphragme nécessaire pour équilibrer l’exposition.

Supposons que la mesure de la luminosité pour le ciel est de 1/250 et celle pour les rochers au premier plan de 1/60. La différence entre ces relevés est de 2 diaphragmes, donc pour équilibrer l’exposition, vous devez utiliser un GND de 0,6 (2 diaphragmes).

Une fois le filtre choisi, vous devez l’insérer dans l’emplacement du support et couvrir la zone claire de la scène avec la zone sombre (ND) du filtre.

Comme vous pouvez l’imaginer, tout comme les filtres ND vus précédemment, différentes tailles et gradations sont disponibles pour chacun de ces filtres afin de répondre aux besoins de tous les photographes de paysages.

Mais comment choisir entre toutes les possibilités ?

En ce qui concerne la typologie, oubliez le Blender, à moins que vous ne sachiez exactement quoi en faire. Si vous êtes un amoureux des paysages marins, un filtre inversé pourrait être le choix parfait, mais si c’est votre premier achat, privilégiez les filtres Hard et Soft.

En ce qui concerne la gradation, je vous suggère d’éviter les filtres 0,3 (1 stop), car les situations où ils sont nécessaires sont plutôt rares.

Lors d’un beau coucher de soleil, la différence de luminosité entre les zones claires et les zones sombres sera assez forte, donc les filtres 0.9 (3 stops) sont probablement ceux que vous utiliserez le plus. Si vous aimez prendre des photos même lorsque le ciel est couvert le filtre 3 stops peut-être trop fort et un filtre 0,6 (2 stops) peut être un meilleur choix.

En ce qui concerne le filtre inverse, je vous conseille de ne pas descendre en dessous de la gradation 0,9 (3 stops).

Enfin, en ce qui concerne les matériaux, les considérations sont similaires à celles des filtres ND : tous ces filtres sont disponibles en verre et en résine, mais si vous achetez un produit de qualité, la différence entre eux est généralement minime.

Par conséquent, mon conseil est de choisir celui qui vous permet d’économiser le plus d’argent possible pour acheter un autre filtre !

Si, encore une fois, on parle de qualité, ce sont les deux mêmes sociétés qui dominent le marché : Lee Filters et Formatt-Hitech. Toutes deux proposent des filtres en résine et en verre.

Faut-il utiliser des filtres gradués durs ou doux ?

Les filtres gradués n’ont pas seulement des densités différentes, mais ils ont aussi des gradients différents. Il s’agit de la façon dont la partie teintée descend dans la section plus claire.

filtres-hard-ou-soft

Les filtres durs ont une transition brusque, tandis que les filtres doux sont beaucoup plus graduels. Si vous photographiez un paysage marin avec un horizon plat, vous opterez pour un filtre ND gradué dur (Hard), car la transition est soudaine. Si au contraire, vous photographiez une scène de montagne avec une différence moins nette entre la terre et le ciel, optez pour le ND gradué doux (Soft) pour que la transition soit beaucoup moins brutale.

Alignement des filtres de paysage

C’est la partie la plus importante de l’utilisation des ND gradués. Il ne s’agit pas seulement de choisir la bonne densité et la bonne transition, mais aussi d’obtenir un bon point de coupure.

Une fois que vous avez terminé votre composition, verrouillez la tête de votre trépied et glissez le filtre dans votre support. Faites-le glisser vers le bas jusqu’à ce que vous ne puissiez plus voir la transition dans la scène. Il vous faudra un certain temps pour vous y retrouver, et vous pouvez utiliser le mode Live View pour vous faciliter la tâche. De plus, Live View est un excellent outil qui vous permet d’essayer différentes densités de filtres, en vous assurant de choisir celui qui convient le mieux à votre scène.

3 — Les filtres polarisants

La dernière famille de filtres dont nous allons parler est la famille des filtres polarisants. Souvent sous-estimé, je pense qu’ils sont absolument essentiels au kit de filtres de tout photographe de paysage. Ce filtre élimine des fréquences spécifiques du spectre visible de la lumière.

Filtres-polarisants

Lorsque la lumière frappe une surface, les rayons lumineux se dispersent et deviennent ce que l’on appelle des rayons polarisés. Cela provoque à son tour des réflexions sur la surface et des éblouissements, ce qui réduit la saturation des couleurs. Les meilleurs exemples de ce phénomène se trouvent sur les surfaces brillantes comme l’eau.

Les filtres polarisants empêchent la lumière diffusée de pénétrer dans la lentille en ne laissant passer les rayons lumineux que dans une seule direction, ce qui bloque efficacement toute la lumière polarisée.

Qu’est-ce que cela signifie dans le monde réel ?

  • Il élimine les reflets des surfaces non métalliques telles que l’eau, le verre, les roches mouillées, etc.
  • Il aide à rendre les couleurs plus vibrantes et plus saturées
  • Il aide à ajouter du contraste aux nuages
  • Il réduit la brume
avec-et-sans-filtre-polarisant
En haut avec filtre polarisant et en bas sans filtre polarisant

Une autre caractéristique de ce filtre est qu’il ne peut pas être reproduit en postproduction, vous devriez donc y réfléchir à deux fois avant de le considérer comme inutile !

Les filtres polarisants sont soit ronds, soit carrés. La version carrée n’est recommandée que pour une utilisation en studio, ou lorsqu’un filtre ND gradué est nécessaire en plus du filtre polarisant.

Un filtre polarisant rotatif à visser est constitué de deux cadres métalliques et de deux surfaces en verre. Le premier cadre est vissé sur votre objectif ; le second (le cadre extérieur) tourne à vide sur le premier. Cela vous permet de modifier l’orientation de la polarisation et de contrôler l’intensité de la réduction de la réflexion.

Ils sont très faciles à utiliser : il suffit de faire tourner le filtre en regardant dans le viseur. Arrêtez la rotation quand vous aurez obtenu l’effet attendu et prenez votre photo. Elles fonctionnent mieux les jours ensoleillés, quand la lumière est plus polarisée, mais elles restent très utiles les jours plus couverts.

Lorsque vous utilisez un filtre polarisant, gardez cela à l’esprit :

  • L’effet maximal du filtre polarisant est obtenu lorsque l’angle entre vous et le soleil est de 90 degrés (c’est-à-dire lorsque le soleil est à votre gauche ou à votre droite). Plus l’angle diminue, plus l’effet du filtre diminue… pour atteindre zéro lorsque le soleil est droit devant.
  • L’effet du filtre polarisant n’est pas uniforme sur toute la monture, et plus l’objectif est large, plus la surface polarisée est petite. Souvent, cela est considéré comme un défaut et beaucoup sont découragés d’en utiliser un sur les objectifs grands angle, mais c’est absolument faux ! La polarisation incomplète est un avantage incroyable, car vous pouvez décider de ce que vous voulez polariser. Par exemple, on peut décider de se concentrer sur la transparence de l’eau ou de laisser la réflexion d’un beau nuage au coucher du soleil colorer la surface ! C’est à vous de faire de ce « défaut » un point fort, alors utilisez cette caractéristique de manière créative.
  • Le filtre polarisant absorbe une partie de la lumière agissant comme un filtre ND à 1 ou 2 stops, gardez cela à l’esprit lorsque vous réglez votre appareil pour une exposition correcte.
  • Si vous avez un objectif qui tourne pendant la mise au point, souvenez-vous que la polarisation doit être faite après la mise au point.
  • Comme tout autre filtre que vous ajoutez à votre objectif, il est possible qu’un polariseur introduise du vignettage, en particulier sur les objectifs grands angle. Optez donc pour les filtres « Slim » (c’est-à-dire sans filetage devant).

Pour l’achat c’est très simple, vous devez acheter un filtre dont le diamètre est égal à celui de votre objectif ou, si vous utilisez des bagues d’adaptation, à la plus grande bague dont vous disposez.

Il existe sur le marché de nombreux fabricants de filtres polarisants et, comme toujours, le conseil est de privilégier la qualité. Un filtre polarisant est un achat à vie.

Sans aucun doute, parmi les marques les plus populaires et les plus célèbres, B+W et Heliopan proposent un catalogue vraiment vaste. Mais si vous voulez un produit de qualité à un prix plus abordable, je vous recommande Hoya.

De plus, n’oubliez pas de préférer les filtres « Slim » pour minimiser le risque de vignettage, et si votre budget le permet, optez pour les versions « Multicoated » — cela signifie que la société a appliqué un traitement spécial sur la surface pour minimiser le « flare ».

Les filtres polarisants existent parfois en version refroidissant ou réchauffant. Cela n’a pas trop d’importance si vous prenez des photos au format RAW, car une simple modification de la balance des blancs en postproduction modifiera ce facteur dans un sens ou dans l’autre.

Comme d’habitude, évitez les filtres très bon marché. Rappelez-vous qu’il n’est jamais bon de confier la qualité d’un cliché capturé avec de l’équipement à plusieurs centaines voire milliers d’euros à un morceau de verre de 10 €.

Filtre polarisant circulaire ou linéaire ?

Il existe deux types de filtres polarisants sur le marché : circulaire et linéaire, mais malgré ce que l’on pourrait penser, la différence entre eux n’est pas sur la forme ! C’est le principe de fonctionnement du filtre qui diffère.

Sans entrer dans les détails techniques, les filtres linéaires ont été fabriqués il y a des années pour fonctionner avec les anciens appareils photo et reflex.

Même s’ils font tous deux le même travail ; c’est principalement dû au fait que les polariseurs circulaires sont fabriqués différemment pour que l’appareil photo numérique puisse toujours mesurer correctement l’exposition et les relevés de compteur à travers eux. En clair, les filtres linéaires ne s’entendent pas avec l’autofocus de votre appareil.

Pour cette raison, vous trouverez presque exclusivement des filtres polarisants circulaires sur le marché, ce qui est bien sûr le choix évident.

Les accessoires indispensables pour vos filtres 

Lorsque vous travaillez avec des filtres, il y a quelques accessoires essentiels que vous devez prendre en considération. Il s’agit des suivants :

  • Bagues d’adaptation : Elles vous permettent d’utiliser un filtre à filetage rond sur des objectifs de différents diamètres et ainsi d’éviter d’acheter le même filtre en différentes tailles pour vos différents objectifs !
  • Kits de nettoyage : Les filtres peuvent se salir facilement lorsque vous les manipulez et il est toujours utile de pouvoir les nettoyer avant une séance photo.
  • Pochette pour filtre : Cela vous permet d’avoir tous vos filtres prêts en un seul endroit. Les pochettes de filtre sont disponibles pour les filtres ronds et carrés/rectangulaires.

Conclusions

Ronds, carrés, à visser, sur support, en verre, en résine, les possibilités sont nombreuses, mais si vous appliquez les conseils de ce tutoriel, vous constaterez que seuls quelques-uns sont réellement nécessaires pour améliorer vos photos de paysages.

Au début, l’utilisation de filtres peut sembler compliquée, mais avec le temps, elle deviendra aussi naturelle que le réglage de la vitesse d’obturation et de l’ouverture de votre appareil photo.

Comme toujours, mon principal conseil est le suivant : amusez-vous et acquérez de l’expérience sur le terrain !

N’oubliez pas qu’il existe des kits de démarrage fantastiques produits par une sélection de marques. Voici quelques recommandations :