Comprendre l'exposition

Comprendre ce qu’est un STOP en photographie

Pinterest LinkedIn Tumblr

On n’y pense pas forcément, mais prendre une photo est un processus pendant lequel deux mondes s’opposent. En effet, il y a beaucoup de dualité en photographie. D’un côté, la lumière et votre sujet, c’est l’histoire que nous racontons et celle que le spectateur voit, c’est un sentiment, une émotion, un état, un symbole, une métaphore. Ça a l’air poétique, n’est-ce pas ? D’un autre côté, c’est de la science pure, de la lumière qui voyage à travers un objectif complexe jusqu’à l’impression de la scène, que ce soit sur un morceau de film photosensible ou sur un capteur avant son enregistrement numérique.

Cette partie scientifique de la photographie apporte toutes sortes de termes. Ces termes ne sont peut-être pas nécessaires au processus créatif, mais en ce qui concerne la prise correcte d’une photographie, on ne peut pas se passer de les comprendre pendant très longtemps. Un peintre a besoin de connaître ses pinceaux à un moment donné, non ?

En photographie, un « stop » est un concept largement méconnu, redouté par beaucoup parce qu’il semble si compliqué.Dans cet article, nous allons vous expliquer ce concept, et comment vous en servir. Cependant pour cela, nous reviendrons sur les différents paramètres du triangle d’exposition — vitesse d’obturation, ouverture et sensibilité ISO — c’est pourquoi, si vous n’avez pas lu les articles les concernant, je vous invite à les lires avant de continuer.

Introduction

La quantité de lumière capturée pendant la prise d’une photo est connue sous le nom d’exposition, et elle est affectée par trois facteurs : la vitesse d’obturation, l’ouverture et la sensibilité ISO. Tous ces paramètres sont mesurés dans des unités différentes, c’est pourquoi le concept de « stops » a été inventé comme moyen pratique de les comparer.

En d’autres termes, il doit y avoir une sorte de corrélation entre ces trois paramètres, où une certaine augmentation de l’un peut être compensée par une diminution de l’autre. Cela afin de préserver une exposition correcte lors de la prise de vos photos.

Un stop est un doublement ou une réduction de moitié de la quantité de lumière laissée entrer lors de la prise d’une photo.

Par exemple, si vous entendez un photographe dire qu’il va augmenter son exposition d’un stop, cela signifie simplement qu’il va capturer deux fois plus de lumière que sur la photo précédente.

Ainsi, un « stop » est une augmentation ou une diminution de deux fois la quantité de lumière recueillie pendant l’exposition. 

Un « stop » est un moyen très pratique de relier trois paramètres différents, mesurés dans des unités de différentes en mettant l’accent non pas sur les unités de mesure, mais sur l’effet sur l’exposition.

Maintenant que nous savons ce qu’est un stop en théorie, il est temps de se familiariser avec les valeurs numériques et d’apprendre à compenser le changement d’un paramètre par un autre.

Note : Pour ceux d’entre vous qui ne sont pas encore familiers avec les termes « ouverture », « ISO » et « vitesse d’obturation », nous vous recommandons de lire les articles les concernant.

Stop et vitesse d’obturation

La vitesse d’obturation mesure la durée pendant laquelle l’obturateur de votre appareil photo reste ouvert pendant une prise de vue. Plus il est ouvert longtemps, plus il laisse entrer de lumière et plus votre photo sera lumineuse. Doubler ou diviser par deux votre vitesse d’obturation produit une augmentation ou une diminution de 1 stop.

Comme vous le savez, la vitesse d’obturation se mesure en secondes ou, plus souvent, en fractions de seconde.

Voici une illustration montrant une plage de vitesse d’obturation de 10 stops.

Vitesse Obturation et Stops

Par exemple, passer de 1/100 de seconde à 1/200 laisse passer deux fois moins de lumière, on peut donc dire que nous avons réduit l’exposition d’un stop. De même, passer de 1/60 à 1/30 laisse passer deux fois plus de lumière, ce qui donne une augmentation de 1 stop.

Note : La plupart des appareils photo vous permettent de régler la vitesse d’obturation par incréments de 1/2 ou 1/3 de stop, donc 2 ou 3 tours de la roue de réglage dans les deux sens ajusteront votre exposition de 1 stop. À vous de connaitre votre appareil pour en tirer le meilleur parti.

Stop et sensibilité ISO

La sensibilité ISO de votre appareil photo est la sensibilité du capteur à la lumière qui le touche.

Plus le nombre ISO est faible, moins il est sensible à la lumière, et inversement.

Un capteur plus sensible produira la même exposition globale avec moins de lumière, ce qui signifie que vous pourrez utiliser une ouverture plus étroite ou une vitesse d’obturation plus rapide dans les mêmes conditions lumineuses.

Avec une sensibilité accrue, le capteur de votre appareil photo peut capturer des images dans des environnements à faible luminosité sans avoir besoin d’utiliser un flash. Cependant, une sensibilité plus élevée a un coût : elle ajoute du grain ou du « bruit » aux images.

Comme pour la vitesse d’obturation, le fait de doubler le nombre ISO donne une augmentation de 1 stop, tandis que le fait de le réduire de moitié lui donne une diminution de 1 stop.

Illustration de la sensibilité ISO :

Iso et Stops

Le passage d’ISO 100 à ISO 200 double la sensibilité du capteur, ce qui produit une augmentation de 1 stop. Le passage d’ISO 800 à ISO 400 est une diminution de 1 stop.

Note : Comme pour la vitesse d’obturation, la plupart des appareils photo vous permettent de régler par incréments de 1/2 ou 1/3 de stop.

Stop et ouverture

En termes simples, l’ouverture est l’orifice par lequel la lumière passe avant d’atteindre le capteur ou le film. La taille de l’ouverture varie grâce aux lames d’un diaphragme. Plus la valeur numérique du diaphragme est faible, plus l’ouverture est grande, et plus la lumière passe.

L’ouverture se mesure à l’aide du « nombre f » (ex : f/2), qui décrit la surface de l’ouverture. Un petit « nombre f » correspond à une ouverture plus large (celle qui laisse entrer plus de lumière), tandis qu’un grand « nombre f » signifie une ouverture plus étroite (moins de lumière).

En clair, f/2 désigne une ouverture beaucoup plus grande que f/11.

Attention, pour doubler la quantité de lumière qui passe, il faut doubler la surface de l’ouverture et non le diamètre. C’est pourquoi le calcul des valeurs numériques d’ouverture est un peu plus complexe que celui de la vitesse d’obturation ou de la sensibilité ISO. 

Pour les plus curieux : En raison de la façon dont les « nombres f » sont calculés, un arrêt ne se rapporte pas à un doublement ou à une réduction de moitié de la valeur, mais à une multiplication ou une division par 1,41 (la racine carrée de 2). Par exemple, passer de f/2,8 à f/4 est une diminution de 1 stop, car 4 = 2,8 * 1,41. Le passage de f/16 à f/11 est une augmentation de 1 stop, car 11 = 16/1,41.

Comme pour la vitesse d’obturation, la plupart des appareils photo vous permettent de contrôler votre ouverture par incréments de 1/2 ou 1/3 de stop. Voici une illustration des valeurs standard :

Ouverture et Stops

L’illustration montre des valeurs standard d’ouvertures de diaphragme complet allant d’un f/1,4 très grand à f/32 très petit, avec f/2, f/2,8, f/4, f/5,6, f/8, f/11, f/16 et f/22 entre ces deux valeurs. 

Normalisation

Si vous regardez à nouveau l’une des illustrations, mais que vous vous concentrez cette fois non pas sur les stops, mais plutôt sur les 1/2 stop et les 1/3 de stop, vous remarquerez probablement que l’échelle contient quelques incohérences. Par exemple, le demi-stop entre f/11 et f/16 est f/13, mais le 1/3 stop est équivalent à f/13.

Comment cela se pourrait-il ? La valeur ne devrait-elle pas être inférieure ? Eh bien, théoriquement, oui. Mais d’un point de vue pratique, les fabricants ont fait des choix différents.

La réponse est simple, seuls les stops « entiers » sont vraiment standardisés, mais pour les 1/2 et 1/3 de stops, certains arrondis à l’unité supérieure étaient inévitables. De plus, différents fabricants d’appareils photo choisissent également d’arrondir les chiffres différemment.

Par exemple, le premier 1/3 de stop entre f/5,6 et f/8 sur mon Nikon D700 est spécifié comme f/6,3, comme le montre l’illustration, mais mon Fujifilm indique plutôt f/6,4. Dans ce cas particulier, une marge d’erreur apparaît…

Pour des raisons de commodité, les fabricants arrondissent généralement les valeurs vers le haut. En somme, si les valeurs des 1/2 et 1/3 de stops sont légèrement différentes sur vos appareils photo, c’est tout à fait normal.

Compenser une modification de paramètre par une autre

Ce qu’il y a de bien avec les stops, c’est qu’ils nous permettent de comparer directement la vitesse d’obturation, l’ouverture et la sensibilité ISO. Cela signifie que nous pouvons facilement jouer sur ces trois paramètres tout en conservant la même exposition globale. En effet augmenter un paramètre d’un stop peut se compenser par la diminution d’un autre paramètre d’un stop.

Supposons que vous prenez une photo avec une vitesse d’obturation de 1/60 de seconde, une ouverture de f/8 et une sensibilité ISO de 200. Vous trouvez que bien que la scène soit bien exposée, votre sujet devient un peu flou, car il est en mouvement, alors vous décidez d’augmenter la vitesse d’obturation à 1/120 de seconde.

Ce changement de 1 arrêt aura pour conséquence d’assombrir la prochaine photo. Afin de corriger cela, vous devez récupérer cette réduction de 1 stop grâce à un autre paramètre. Maintenant que nous avons une façon de comparer les paramètres, c’est simple.

Vous pouvez agrandir l’ouverture pour laisser entrer plus de lumière et passer de f/8 à f/5,6 ce qui représente une augmentation de 1 stop. Votre photo sera exposée comme l’originale. Alternativement, vous pouvez doubler la sensibilité ISO en passant de 200 à 400, ce qui représente également 1 stop.

Comme vous pouvez le constater, les stops sont un moyen très simple de régler votre appareil photo et ainsi conserver une exposition correcte de la photo en jouant sur des paramètres aux unités différentes.

Considérations lors de l’ajustement de l’exposition

Lorsque vous ajustez les trois paramètres de l’exposition, vous devez être conscient que chacune d’elles affecte vos photos d’une autre manière, ce qui n’est pas toujours souhaitable :

Vitesse d’obturation :Si votre vitesse d’obturation est trop lente, votre photo peut être floue, soit à cause du mouvement de l’appareil, soit à cause du mouvement du sujet.

Ouverture :Une ouverture large produit une profondeur de champ faible, donc vous pouvez avoir du mal à garder votre mise au point sur toute votre scène.

Sensibilité ISO :Plus vous augmentez la sensibilité ISO de votre appareil photo, plus le bruit numérique de vos photos sera important. Cela peut rendre votre image granuleuse et réduire sa netteté et sa qualité.

Comme pour tout ce qui concerne la photographie, le réglage de ces trois paramètres est un exercice d’équilibre. Vous devez décider quels effets vous voulez dans votre plan et choisir les réglages qui les produiront tout en minimisant les inconvénients potentiels. Les stops d’exposition sont un outil très utile pour cela, vous aidant à changer les réglages facilement et vous donnant plus de contrôle sur votre image.

Il y a toujours un compromis à faire, mais il n’est pas toujours significatif 😉

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le et aidez-nous à faire grandir L’Art de la Photo !

Pin It on Pinterest

Share This

Vous avez appréciez l’article ? Partagez le !

Aidez-nous à développer l'art de la photo en partageant sans modération ;)